-equipementiers.du.songe-.org
                          manière humaine                             ¨¨¨¨
                                                                                                                
                                                                                                                
                                         _____________________________________________                          
                                                 _______________________________________________                
                                                           ____________________________________________         
                                                                ___________________________________________     
                                                                   __________________________________________   
                                                                           _________________________________    
                                                                               _________________________        
                                                                                                                
                                                                              ________________                  
                                                                         _______________                        
                                                                                                                
                                                                  _____________                                 
                                                            ______________                                      
                                                    ________________                                            
                                      ______________________                                                    
                         _________________________                                                              
                          ______________                                                                        
                                                                                                                
                              _______                                                                           
                                  ____                                                                          
                                      _                                                                         
                                        .                                                                       
rien de moins qu'une durable dilapidation:
                poèmes|Lisbonne|e-m gabalda

répartition I ::
répartition II ->
olhos de fora
juste au bord

               manière humaine


impressions reçues dans l'ombre du buisson.
de là périodes, voyage, et de là repartir...
venue à pied de la maison du centre,
cohorte inaliénable arpente en tout sens
les règnes dispersés, les lunaisons des lettres,
retrouve chaque époque l'étendue nouvelle
des cols, des ouvertures et des passages,
recense le grain de la surface des choses,
réaménage ses désirs, s'ouvre encore
à la rumeur d'onde des matières, murmure
ses calculs dans l'air, ses songes mûrs
enfin ; nous le sommes, géographes intimes.
nous avons le parti-pris des lieux, l'errance
et le séjour, et le transport de l'enjeu ;
nous ne visons rien de moins qu'une durable
dilapidation, un extrême partage :
marcher sur une terre toujours superbe
et s'échanger le symbole, quand tout
autour de nous par nous marqué
ressemble de plus en plus et sans façon
à certaine forme de l'ardeur,
chaque élément du monde à sa manière.

eric-marie gabalda


|       |
 -e.d.s- 
|       |
         





manière humaine
juste au bord

               olhos de fora


je sais que ce soir un grand nuage-peigne
recoiffera le ciel doucement ; je ne le vois
pas encore, à peine incurvé, sans grand vent.
les "yeux du dehors" nous regardent, à même
hauteur, j'ai mon pied au-delà du sien,
juste au contact, la base de mon nez au chaud
sous son coude. des cheveux noirs ébouriffent
un horizon. nous ne coïncidons
que par ces quelques points l'un contre l'autre,
plus tard une hanche et une autre,
avant le réveil. déjà plusieurs heures, je crois,
son chat préféré, celui qui a le prénom,
chez lui entre mon tibia et mon mollet ;
entre, comme entre les hanches dans un moment,
la couette. un verre d'eau sera le seul mot
échangé, presque, et puis descendre, sur le seuil...
- il y aura aussi une escadrille
de petits nuages effilés, cap
au nord-ouest, en formation impeccable... -

eric-marie gabalda


|       |
 -e.d.s- 
|       |
         









manière humaine
olhos de fora

               juste au bord


être au bord... venu de pas si loin,
d'assez profond, une distance indiscernable,
innommable, et prendre soin à sa manière
des mots d'un mort ; la houle des bruits dehors,
feuilles, noir, vent, machines, aucun signe.
totalement en dehors de tout mouvement
public, presque au-delà encore de toute
marge tangible, veille au bord, penché...
dans le petit verre à côtes un peu de vert
où se noierait la figurine birmane,
âme d'un rouet, qui danse au col d'un autre verre ;
une épreuve noir et blanc d'un détail
d'une toile de velde, changée on ne sait
comme, infime orangé sur partie des gris
nombreux, émulsion, coulures de lumières...
les amis d'un écrivain vont par le monde,
on dit de lui qu'il vaticine quand il
ne travaille plus ; ici le marque-page
impose silence aux pages du livre ouvert...
oscillation sonore dehors et le damier
fertile des nuages... rien qui fasse ombre
à l'entropie... ou l'arc-en-ciel noir posé
juste à côté, juste au bord, son auteur, une
petite fille, dort, très loin d'ici, calme...

eric-marie gabalda


|       |
 -e.d.s- 
|       |